Le riz sauvage

En cherchant un substitut local au riz (graminée du genre Oryza), j'ai redécouvert le riz sauvage (graminée du genre Zizania). À mon avis, les deux céréales se ressemblent assez pour être interchangeables dans la plupart des recettes. Le riz sauvage est véritablement un aliment indigène du Canada qui mérite que les Canadiennes et Canadiens le redécouvrent. Voici un bref portrait de la production de riz sauvage au Canada : === Citation: === {| border="5" cellspacing="5" cellpadding="2" | === L'industrie canadienne du riz sauvage === L'histoire du riz sauvage au Canada remonte à très loin. Les Algonquins et les Sioux l'appelaient manomen et le récoltaient déjà des centaines d'années avant l'arrivée des Européens en Amérique. Les premiers explorateurs en dépendaient également pour se nourrir au cours de leurs voyages dans les terres sauvages plus au Nord. Le riz sauvage ne fait pas vraiment partie de l'espèce du riz, mais est plutôt la graine d'une graminée aquatique appartenant au genre Zizania. On cultive au Canada plusieurs variétés de riz sauvage, dont la Zizanie des marais (Zizania palustris), la variété Interior, la Zizanie aquatique (Zizania aquatica), la Zizanie naine (brevis) et le riz sauvage du Texas. Seule céréale indigène du Canada, le riz sauvage est l'unique graminée sauvage canadienne qui chaque année repousse à partir de la semence originale et produit un grain de taille suffisante pour la consommation humaine. Le riz sauvage pousse principalement dans les eaux peu profondes en bordure des rivières et des ruisseaux et, dans une moindre mesure, dans les lacs, où le courant est relativement lent et constant. La culture du riz sauvage pose des défis aux agriculteurs canadiens depuis plus d'un siècle. On a notamment tenté de produire du riz sauvage dans de nombreux cours d'eau où il ne pousse pas naturellement, mais en vain. Les échecs essuyés dans les tentatives d'établissement de peuplements de riz sauvage en eaux naturelles ont été attribués à un certain nombre de causes : les insectes, les maladies, les animaux, les fluctuations du niveau de l'eau et la composition chimique de celle ci. Par ailleurs, la rareté du riz sauvage rend son prix plus élevé que celui de nombreux autres types de riz. (...) === Volume de production === La production canadienne de riz sauvage est concentrée en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario. La Saskatchewan, qui a fourni presque 70 p. 100 de la production canadienne totale en 2003, est le principal producteur du pays. Au Canada, la production est exclusivement centrée sur le riz sauvage récolté dans les cours d'eau naturels et connu sous la dénomination Canadian Lake Wild Rice, plutôt que sur le riz cultivé en rizière comme c'est souvent le cas aux États Unis. |} Source : http://www.agr.gc.ca/misb/spec/index_f.php?s1=rice-riz&page=intro ...et au Québec : === Citation: === {| border="5" cellspacing="5" cellpadding="2" | === Le riz sauvage du Québec === Ces dernières années, les nations algonquines de l'Abitibi-Témiscamingue ont manifesté un vif intérêt pour le développement de leurs ressources naturelles. En harmonie avec ces attentes, le bureau régional du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien (MAINC) a commandé des recherches sur des sites potentiel de culture du riz sauvage au Québec. Dans le cadre d'une entente signée en 1984, les recherches ont été menées par le docteur Peter Lee, de l'Université Lakehead, en Ontario; elles avaient pour but d'évaluer le potentiel de développe ment des lacs et des rivières de l'Abitibi et du Lac Saint-Jean . Suite à cet inventaire, des lacs ont été ensemencés à titre expérimental et les résultats furent jugés intéressants. Un plan d'eau a même montré un potentiel de production peu commun. II fut retenu comme site expérimental et pourra servir de banque de semences au Québec. Les droits d'utilisation pour ce lac ont été négociés auprès des différents ministères ayant un pouvoir législatif dans la protection des plans d'eau québécois. La «mise en réserve» du territoire permettra au MAINC et aux Autochtones d'effectuer les travaux de recherche et de développement nécessaires. |} Source : http://www.eap.mcgill.ca/CPR_1_F.htm Oscar ----- Ça m'a donné envie d'en trouver, voici le résultat de ma recherche: de: http://www.rural.gc.ca/internet/story4_f.phtml {| border="5" cellspacing="5" cellpadding="2" | L'une d'elles est la coopérative de production de riz sauvage Kagiwiosa Manomin de Dinorwic (Ontario). Elle appartient à la Première nation du lac Wabigoon. (...) Kagiwiosa Manomin (manomin signifie riz sauvage en ojibway) s'est branché à Internet la première fois en 1997. (...) Elle réalise maintenant la moitié de ses ventes au Canada et aux États-Unis et l'autre moitié en Europe, en association avec un représentant de commerce. (...) Les membres de la bande récoltent eux-mêmes 70 % du riz sauvage que la coopérative traite chaque année. Le reste vient de cueilleurs des collectivités voisines de Wabigoon, Sioux Lookout et la Première nation du lac Eagle. Une raison diététique importante explique pourquoi les Autochtones se sont toujours intéressés à cet aliment depuis plus d'un millénaire : ses caractéristiques sont remarquables. Le riz sauvage a une teneur protéinique du double de celle du riz brun ou du riz blanc. Il est faible en gras, fort en phosphore, en fer, en potassium et contient dix fois plus de riboflavine que les autres riz. Il est aussi la denrée de consommation courante la plus ancienne du régime alimentaire autochtone. Les premiers explorateurs parlaient du riz sauvage il y a 250 ans. Les pages Web de la coopérative font plus que vendre cet aliment ancien : elles renseignent aussi sur le riz sauvage, expliquent comment les grains sont cueillis et comment ils sont rôtis sur feu de bois. On y trouve même des recettes. Elsie Chief, aînée de la bande du lac Wabigoon, a suivi de près l'évolution de Kagiwiosa. « Pendant des années, explique-t-elle, nous avons récolté le riz sauvage, gardé ce dont nous avions besoin et vendu le reste à un distributeur commercial. En 1998, nous avons décidé de lancer notre propre entreprise. C'est ainsi qu'est née Kagiwiosa. Les ventes étaient peu nombreuses jusqu'à ce que nous fassions de la publicité dans Internet. Maintenant, nous avons des clients réguliers à Toronto, à Montréal, et même outre-mer.» Kagiwiosa Manomin : www.manomin.on.ca (site que je n'arrive pas à ouvrir) |} Pour obtenir de plus amples renseignements kmi[at]moosenet [dot] net James Kroeker, ventes Joe Pitchenese, directeur général Kagiwiosa Manomin Inc. Dinorwic (Ontario) Téléphone : 807 938-6927; télécopieur : 807 938-6931 Michael ----- tiré de: http://collections.ic.gc.ca/suppliers/F/categories/food_f.htm ''Grey Owl Marketing Ltd.'' est une société canadienne appartenant à 72 bandes indiennes, dont le siège se trouve à Prince Albert, en Saskatchewan. Constituée en personne morale en 1984, l'entreprise vendait au départ le riz sauvage récolté dans les lacs. === Produits === Grey Owl offre à ses clients de nombreuses variétés de riz sauvage, depuis le riz sauvage pur jusqu'aux mélanges renfermant d'autres types de riz et des légumes déshydratés. On peut obtenir sur demande une description détaillée de chacun des produits. (...) Grey Owl Marketing Ltd. est un chef de file dans la commercialisation de produits alimentaires de qualité supérieure sur les marchés mondiaux pour le bénéfice des Autochtones ». Pour obtenir de plus amples renseignements Grey Owl Marketing Ltd. P.O. Box 3003 Prince Albert, Saskatchewan S6V 6G1 Téléphone : 306 953-2770; télécopieur : 306 953-2440 Michael ----- de: http://www.dfait-maeci.gc.ca/aboriginalplanet/750/business/directory2002-fr.asp#secteur_agriculture_aliments_boissons Shoal Lake Wild Rice Ltd. M. Ben Ratuski, directeur exécutif C.P. 577 Keewatin (Ontario) P0X 1C0 (807) 547-2851 (807) 547-2741 shaol[at]voyageur [dot] ca Michael ----- Northern Lights/Kitsaki Meats Limited Partnership La Ronge (Saskatchewan) http://www.kitsaki.com === Citation: === {| border="5" cellspacing="5" cellpadding="2" | Northern Lights -- nom de marque de Kitsaki Meats Limited Partnership, propriété exclusive de la bande indienne du lac La Ronge -- est le plus gros producteur de riz sauvage biologique dans le monde. L'entreprise emploie 25 personnes à temps plein et 25 travailleurs saisonniers supplémentaires durant les périodes de récolte. Northern Lights exporte du riz sauvage depuis un peu plus d'un an et vend 99 % de sa récolte aux États-Unis, en Allemagne et aux Pays-Bas. Elle produit également de la charque pour le marché canadien et pour l'exportation au Japon. Depuis plus de 25 ans, la bande cultive du riz sauvage qu'elle vend à des courtiers et à des négociants pour distribution dans le monde entier . Toutefois, étant donné que le riz sauvage est passé du statut de produit spécialisé à celui de produit de base, son prix diminue constamment. |} Michael ----- Gary Kidd Wild Rice Inc. M. Ed Kidd, consultant en marketing PO Box 622 Wakaw (Saskatchewan) S0K 4P0 (306) 233-5678 (306) 233-5902 Exportation : États-Unis, Japon, Taïwan Récolte, conditionne et vend un riz sauvage délicieux. Michael ----- Le Moulin Abénakis vendent du riz sauvage canadien. http://www.moulinabenakis.ca/index.html?fr2=fr_riz.html Marie-Andrée ----- Salut, j'ai sais pas si je suis sur le bon sujet, mais comme vous parlez de riz sauvage et de sa culture au québec sa doit être ça. En fait, je voudrais savoir quelles sont les caractéristique de la culture du riz sauvage (zone de rusticité, pronfondeur des lac, type de sol,ect) et aussi ou trouver des semences de ce riz que je vais pouvoir replanter? merci d'avance et merci de ne pas me lapider si j'ai pas poster sur le bon sujet. AnarPointFinal ----- Pour le riz sauvage, deux pistes : d'abord un ami m'a parlé d'un professeur en Ontario qui a répertorié des sites où le riz sauvage poussait (rivières, etc.). Je vais le contacter pour voir s'il pourrait transmettre l'info par ce forum ou sinon par courriel (qu'on t'enverra, ami anar). Entre temps, pour savoir dans quels types de milieux le riz sauvage peut grandir, peut-être contacter les communautés autochtones d'Ontario dont les coordonnées sont plus haut dans la discussion (Shoal Lake Wild Rice Ltd. ou Kagiwiosa Manomin Inc.). Une dernière piste, celle-là pour du riz non pas sauvage mais adapté au climat d'ici, un ami connait un homme au Vermont qui cultive une variété de riz chez lui qui vient d'une zone froide de l'Asie. Pour en savoir plus, on peut contacter Sebastien par ce site : http://permaculturefrancophone.org/qui-sommes-nous/ Michael ----- Merci beaucoup c'est super sympa! Sinon je vais essayé avec du riz sauvage d'épicerie j'ai entendu entre les branches qu'on pouvait le faire germer... je vais essayer cette semaine et je vais poster mes résultats ici. AnarPointFinal ----- === Michael a écrit: === {| border="5" cellspacing="5" cellpadding="2" | Ça m'a donné envie d'en trouver, ... Kagiwiosa Manomin : www.manomin.on.ca (site que je n'arrive pas à ouvrir) |} Le site a changer de nom je crois. C'est maintenant : http://www.canadianwildrice.com/ wenrolland ----- === AnarPointFinal a écrit: === {| border="5" cellspacing="5" cellpadding="2" | Merci beaucoup c'est super sympa! Sinon je vais essayé avec du riz sauvage d'épicerie j'ai entendu entre les branches qu'on pouvait le faire germer... je vais essayer cette semaine et je vais poster mes résultats ici. |} Je doute que cela fonctionne... Le riz sauvage doit rester humide pour germer. Celui qu'on nous vend à souvent été séché pour un meilleur conservation: Cultivation Wild rice stands in lakes and rivers reseed themselves and can reproduce indefinitely if water levels do not change significantly during the year over a number of years. New lakes or certain areas of a river can be planted with seed or young plants. Seed intended for germination should be stored over winter in aerated water that is cold (+2°C). It should not be frozen in ice. Seed is shipped in a (30% moisture) dry state during the first 2 weeks after harvest with very little loss of viability when packed in dry instead of moist sphagnum moss. Seed viability is lost if the seed is allowed to dry below 28% moisture. For late fall, winter, or spring deliveries, seed must be transported in wet state and in cool (+4°C) temperatures, so seed won't sprout. Document complet: http://www.hort.purdue.edu/newcrop/duke_energy/Zizania_aquatica.html wenrolland -----
Groupes:

Wiki

  • Vous devez tout d'abord vous connecter pour pouvoir poster des contributions dans ce groupe.

Notifications du groupe

Ce groupe offre un flux RSS. Ou s'abonner à ce flux personnalisé du site :