Assemblee hiver 2012 Aliments dici

Assemblée de saison d'Aliments d'ici

Ayllu-Clandestino, 1180 rue Sherbrooke Est. App.#2, 14h, 18 février 2012

Ordre du jour :

1. Présences

2. Projet de conférence de Biodiversité et agriculture

3. Retour sur les derniers mois et perspectives d'ici l'été

4. Suites de notre démarche sur l'implication et les communications

5. Vision pour l'année à venir, avec l'obtention du financement à partir de septembre

 

1. Présences :

Environ 25 personnes participent.

Tour de cercle :

Stéphane Gingras : Ambioterra, travaille en milieu agricole

Tahmi : Militant de différents mouvements qui remettent en question la dimension capitalistique...

Louis-Joseph : Cela fait 1 an qu'il est impliqué dans Aliments d'ici. Il est à l'UQAM.

Alain : impliqué dans la communauté virtuelle pour le mouvement Occupy, espace de travail, collaboration virtuelle. Il est allé a la fête des semences et a beaucoup de semences qu'il va planter à St-Eugene en Ontario, en lien avec le Réseau d'entraide Verdun et pour le mouvement Occupy qui ont faim.

Jean-Marc : intéressé par la nourriture locale.

Sara : active au comité d'achats collectifs d'Aliments d'ici.

Suzie : pas encore dans le groupe, s'intéresse à la bouffe saine et locale.

Aurélien : Pas encore impliqué mais s'intéresse beaucoup.

Fauve : Viens voir ce qui l'intéresse.

Lysiane : Comité épicerie et achats collectifs, dans Aliments d'ici depuis un certain temps. Bernard : Comité cuisines collectives.

Marie-Line : Comité visites de fermes et ateliers de transformation alimentaire. Étudiante à l'UQAM au doctorat.

Jean-Bernard : Comité de coordination (Coco) et communications sur internet.

Francine : Impliqué au niveau du Coco, ateliers de transformation et le groupe d'achat.

Ricardo : membre du Coco et de l'Ayllu, nous explique ce qu'est la communauté de l'Ayllu.

Lucille : participe depuis plusieurs années.

Michael : Impliqué depuis le début d'Aliments d'ici, maintenant au Coco. Plusieurs nouveaux visages, demande nouveau tour de cercle.

Alisha : Pas encore impliqué, aimerais voir si elle peux s'impliquer.

René : Aimerait s'installer sur un lopin de terre avec une ferme, on s'en vient dans des turbulences, il faut faire des jardins de survie.

Ester : Étudie en nutrition, formation en jardin écologique, fait un jardin chez elle, groupe d'achat de fruits et légumes, a amené une glacière avec des fruits et légumes à vendre.

Julien : s'est impliqué par le passé, intéressé par une commande de fruits et légumes. Attristé par le fait qu'il n'y aura pas d'événement Vivre à l'échelle locale cette année. Serait prêt à s'investir au niveau de ce genre d'activités.

Angie : Est intéressée par ce qu'ont dit les deux personnes qui ont parlé avant elle.

Catherine : Beaux projets à nous proposer... (à revoir).

Coline : étudiante française en échange pour 1 an, déjà fait une commande en octobre, veut voir comment ça se passe.

 

2. Projet de conférence de Biodiversité et agriculture

Stéphane : Ambioterra est un organisme écologiste, protection environnementale, approche écosystémique et communautaire, travail principalement sur la protection des rivières, du bassin versant de la rivière Chateauguay présentement, confrontés à l'agriculture intensive qui pose des problèmes aux poissons, par les pesticides, intrants, problèmes d'érosion, destruction de l'habitat. Protection de la biodiversité, importance de faire des liens. Équilibre entre produire de la nourriture et protéger les espèces naturelles.

Il propose une conférence à l'UQAM, avec Aliments d'ici et d'autres organismes. Ce serait bien de former un comité de travail, il est venu connaître l'intérêt des gens.

Michael : Il y aurait des liens à faire avec notre réflexion sur les critères d'approvisionnement pour voir quelles sont les pratiques favorisant la biodiversité sur les fermes bio ou non bio. Que l'on puisse mieux saisir les enjeux, pour mieux les encourager.

Jean-Bernard : C'est une opportunité très intéressante, qui va dans le même sens qu'Aliments d'ici. Cela vient lier les gens de la ville et les gens de la campagne. Ce sont des démarches similaires, avec des gens qui oeuvrent dans le même sens. Ce serait bien de faire quelque chose de gros mais réaliste avec nos moyens.

Tahmi lance une discussion sur ce qui pourrait tuer les poissons dans la rivière.

Stéphane : Le Bio n'est pas une garantie de la protection des écosystèmes naturels et des ressources fauniques. Il y a la question de l'érosion, etc. La proposition est de faire une conférence pour répondre aux questionnements.

Michael : Il faudrait qu'on soit généralement d'accord et aussi un minimum de personnes intéressées à aider. Michael pose la question et on trouve un appui général pour la réalisation de l'activité, pas d'opposition.

Stéphane : On est un petit organisme, il faudrait qu'on l'organise ensemble. Stéphane se pose plusieurs questions sur l'activité, le nombre de personnes pouvant y assister, à quel moment de la journée, etc.

Michael parle des questions d'organisation et de logistique et demande des volontaires pour s'occuper du dossier.

Jean-Bernard : Questions logistiques, réservation de salles à l'UQAM, on peut s'en occuper.

Six personnes s'inscrivent au comité adhoc pour l'organisation de l'activité.

 

3. Retour sur les derniers mois et perspectives d'ici l'été

Michael propose de faire un tour des comités.

Achats collectifs : Depuis l'été, un achat collectif de fraises improvisé mais hyper populaire. Belle expérience de solidarité. Ensuite, un achat de poire, vinaigre de poire, et autres. On a créé un magasin en ligne: « la dépense ». Ça évite les erreurs, c'est plus facile à gérer. La plus grosse commande de l'histoire d'Aliments d'ici a eu lieu à l'automne. Lysiane veut rester impliquée mais pas avec trop de charges. Encore plein de belles commandes à venir cette année. Jusqu'où on reste 100% local, sinon quoi, se poser les questions. On se rencontre après cette rencontre? Michael : prendre un temps à la pause.

Comité visite de fermes : Depuis la dernière Assemblée il y a eu une dizaine de visites de ferme. C'est pas seulement une visite mais aussi une journée de travail bénévole. Côté organisation ça va bien. Problématique de covoiturage... pas assez de véhicules. Jean-Bernard : proposition de changement de nom du comité à autre chose: comité « journées d'aide à la ferme ». Il y aura une cabane à sucre autour du 1er avril. Durant l'hiver il y a les fermes Lufa, près de l'Acadie et la 40, et d'autres. À partir du mois d'avril-mai cela va reprendre.

Lucille : Propose l'achat d'un autobus ou un véhicule. Jean-Bernard : Première étape, combien on donne aux gens qui viennent avec un véhicule, donner un peu plus que l'essence, planifier d'avance le coût du transport. Pas mal de petits détails pour améliorer le système de transport. Il y a aussi Communauto et des agences de location. Propose de pousser la question au moment où il y aura un problème avec les façons de faire.

Comité ateliers et cuisines : Michael : on s'est fait offrir un espace à l'UQAM pour les ateliers et les cuisines, avec Iktus, disponible ponctuellement. Francine : on a fait la transformation de poires, de fruits, ketchup, choucroute, etc. On parle de faire un atelier de pain. Louis-Joseph et Julien s'occupent du pain. Il y aura à nouveau une cuisine collective dans le sud-ouest. Lucille aimerait faire un atelier de pâtes italiennes.

Comité outils d'information : Michael : Livre de recette « Cuisine locale ». Le livre est finalement prêt, il sera disponible aujourd'hui. Recettes 100% locales et surtout végétariennes. Cela fait quelques années que le travail se fait, surtout par Annick à Québec. Il faudrait un comité pour s'en occuper. Travail à faire : transcrire le livre sur le site et distribuer le livre. Francine voudrait s'en occuper. Alisha se joint à l'équipe avec Francine. Jean-Bernard : parle du dépôt légal du livre pour faciliter la distribution, de moyens complémentaires pour distribuer. Propose la formation du comité « livre de recette ». Il faut aussi mettre à jour les recettes, prévoir les prochaines éditions, tester les recettes.

Information internet : Michael explique que sur le site web, chaque comité a une page. C'est mieux de mettre des choses en ligne pour que ce soit accessible pour la relève. Alain : Propose OpenAtrium comme outil pour démarrer des projets en équipe. Même outil qu'il a développé pour OccupyMtl. Jean-Bernard : C'est important de voir la question de l'hébergement bientôt.

Comité épicerie et atelier de transformation : Michael : Le comité est en pause car il y avait trop de travail pour y arriver bénévolement et des dépenses qu'on ne pouvait pas couvrir. Il est possible de le relancer étant donné la nouvelle réalité économique (financement du GRIP). Lucille : nous invite à connaître le dépanneur sylvestre. Il a une cuisine collective, restaurant, etc. Ce serait un bon exemple d'épicerie.

Vivre à l'échelle locale  Louis-Joseph : Ce serait intéressant de faire quelque chose, même si c'est plus limité. Julien, cet été au parc Lafontaine, proposait d'organiser quelque chose qui pourrait permettre de continuer la tradition. Julien : Propose de parler avec Jean-Luc des Artisans du changement et voir avec les gens de l'Ayllu pour trouver des collaborateurs. Quelque chose de solide, pas juste une petite trempette d'un après-midi. On cherche des gens pour s'impliquer.

Peut être pour la fin mai. Michael : Il y a la conférence pour la décroissance des Amériques dans ces dates. Ce serait bien de faire coïncider : le 19 mai journée à l'UQAM. Il y aurait aussi l'idée de faire plusieurs événements plus petits étalés dans l'année. Ce serait bien d'avoir un comité pour faire cheminer l'idée d'activités reliées à la tenue de Vivre à l'échelle locale.

 

4. Suites de notre démarche sur l'implication et les communications

On se demandait entre autres comment assurer la coordination sans budget. Michael : on a recueilli 10 pages de suggestions. Vu l'heure qui avance, on revient là dessus plus tard dans l'année.

 

5. Vision pour l'année à venir, avec l'obtention du financement à partir de septembre

On recevra à partir de septembre un financement de 10 à 15 000 par année pour Aliments d'ici. Au GRIP nous avons entre 7 et 10 comités l'an prochain, qui se répartiront un budget provenant d'une cotisation des étudiant.e.s. Il y a un paquet d'activités et de changements à planifier d'ici l'automne. En terme d'espace, Aliments d'ici pourrait se relocaliser plus à l'UQAM.

Lysiane : Aller chercher quelqu'un qui a une bonne expérience en gestion d'organismes communautaires. Par exemple il y a aussi d'autres sources de financement comme Jeunes volontaires. Surtout la première année on devrait s'investir au niveau organisationnel, un soutien au comité de coordination.

Louis-Joseph : C'est le GRIP qui est supposé s'occuper de toutes ces questions d'ordre organisationnel. Le projet d'épicerie à l'UQAM serait prioritaire.

Marie-Line : Il faudrait attirer plus d'étudiants de l'UQAM, il faudrait qu'ils en bénéficient.

Francine : Un local à l'UQAM faciliterait ce rapprochement.

Ester : Publiciser davantage à l'UQAM aiderait aussi.

Louis-Joseph : Le projet d'épicerie serait un bon local pour Aliments d'ici et aiderait à attirer les étudiants. Ce serait bien d'explorer cette possibilité.

Lucille : L'épicerie aurait aussi un volet éducationnel.

Michael : Il nous faudrait un atelier de transformation pour avoir une épicerie. Il faut voir comment l'adapter au milieu étudiant.

Lysiane : Les méthodes du Frigo-Vert seraient un bon modèle.

Michael : En bref, soutien à la coordination, soutien aux comités, il y a aussi la question promotionnelle de nos activités et finalement le projet d'épicerie.

Jean-Bernard avait comme réflexion : Se concentrer sur la qualité plutôt que la quantité. documenter nos méthodes, sonder les participants sur comment améliorer nos activités, ne pas financer ce qui peut se faire de manière autonome.

Michael : Pour la planification de cette transition d'ici septembre, nous avons besoin de plus d'appui dans le comité de coordination.

Lysiane : Créer une banque de gens qui peuvent s'impliquer dans le comité de coordination occasionnellement.

Lucille : Peut aider au niveau des appels téléphoniques qu'il faut faire.

Qui veut être en backup pour aider le comité de coordination : Lysiane, Lucille, Bernard, Marie-Line, Alain (informatique).

Julien : Ce serait bien de repartir un comité épicerie. Lysiane : Relancer un appel pour inviter à s'intégrer au projet. Michael : Ce serait mieux de reporter l'initiative à septembre, vu la lourdeur de la démarche sur une base bénévole, et tout le reste qu'on doit faire d'ici là. Tous sont d'accord.

Le CoCo recommande d'ouvrir le coco, donc les prochaines rencontres qui seront annoncées vous y serez invité.e.s.

Assemblée générale

  • Vous devez tout d'abord vous connecter pour pouvoir poster des contributions dans ce groupe.

Notifications du groupe

Ce groupe offre un flux RSS. Ou s'abonner à ce flux personnalisé du site :